Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Fatalement, des soldats allemands ont du être atteints par des éclats de ce genre, ainsi que le fut, sous mes yeux, a la prison de Dinant, Melle Thirifays, lorsque nous eümes a subir le feu de troupes allemandes postées sur les hauteurs. Cette demoiselle avait regu, au front, une légère blessure présentant 1'aspect de celles, qu'au cours de parties de chasse, j'ai souvent vues produites par un plomb perdu.

Ces données étant posées, appliquons-les aux faits vantés par le.Livre Blanc.

1°) L'Anlage 11 (déposition de Straczinsky) ne décrit pas les blessures; on ne peut en argumenter ni dans un sens ni dans 1'autre. II faut toutefois observer que des plombs tirés a distance courte ou normale et frappant 1'os de la cheville se seraient probablement déformés au point d'être difficilement identifiables. Notons que le témoignage du médecin de Jülich qui aurait procédé a 1'extraction des plombs n'est pas rapporté dans le Livre Blanc.

2°) Du pied de Bischoff (Anl. 57) on extfait un unique projectile et 1'on en découvre un autre dans sa cuisse. S'il s'agissait de plombs, leur petit nombre indiquerait qu'ils ont été tirés a trés longue portée, et il n'est guère probable qu'il leur serait resté assez de force de pénétration pour percer les vêtements épais de 1'équipement militaire et surtout la lourde et solide botte allemande.

3°) et 4°). Bien moins encore peut-on affirmer qu'il s'agisse de plombs dans les cas cités a 1'anlage 58 et a 1'anlage 72: un projectile dans la crosse d'un fusil et une blessure unique a la face.

5°) Blessures a la main (Anl. 54). Les projectiles se trouvant " parait-il „ encore dans la main du blessé leur nature ne peut avoir été déterminée d'une fa?on süre.

Même réunis, tous ces faits sont nettement insuffisants pour constituer la preuve que les Allemands prétendent fournir par leur enquête: ils n'ont rien de caractéristique. Les blessures signalées peuvent provenir de plombs; elles fleuvetit aussi avoir une autre cause. Pour que ces faits acquièrent force probante il aurait fallu les faire corroborer par 1'interrogatoire des médecins qui ont extrait les projectiles et qui auraient pu nous fixer sur leur nature. On s'en est rendu compte et 1'on note les noras de quelques médecins. (Voir les Anl. 11, 36, 57). On ne fournit cependant pas leur témoignage. Pourquoi ?

Sluiten