Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Anlage 52. Orainville, 15 Mars 1915.

Willy STEGLICH, 22 ans, ouvrier dans 1'industrie de la construction, soldat a la compagnie de mitrailleuses du régiment d'infanterie n° 103.

J'ai, en compagnie du sergent-major Bartsch et de quelques autres hommes, parmi lesquels des chasseurs de Marburg, retire d'une maison et déiivré des habitants de Dinant se t/ouvant ensevelis a la suite de l'explosion d'un obus. C'étaient des hommes, des femmes et des enfants. Ils furent ensuite transportés dans une maison, oü, sur 1'ordre d un officier des chasseurs de Marburg, ils furent placés sous notre protection et soignés pv deux infirmières de la Croix-Rouge.

Dans plusieurs maisons nous trouvames une quantité de cartouches a plomb mises en tas prés des fenêtres. Partout la vitre inférieure était brise'e manifestement en vue de faire passer un fusil a travers 1'ouverture.

Anlage 53. Grainville, 17 Mars 1915.

Era BARTSCH, 25 ans, vizefeldwebel (premier sergent) a la compagnie de mitrailleuses du régiment d infanterie n 103.

Comme commandant de patrouille, j ai trouvé dans un certain nombre de\maisons de Dinant des munitions de chasse toutes prêtes. On peut être sur que ces munitions avaient servi aux francs-tireurs pour tirer sur les troupes allemandes avant qu ils n'eussent été chassés.

De la rue, je voyais dans les caves des maisons en feu des habitants, surtout des femmes et des enfants, qui n étaient plus capables de s'en échapper par leurs propres moyens. Des hommes de ma patrouille, aidés par les chasseurs de Marburg, opererent leur sauvètage; les personnes sauvées furent conduites dans des maisons surveillées par des sentinelles allemandes. Par moments, le sauvetage ne put se faire qu 'au péril de la vie des hommes de la patrouille. J'ai vu moi-même des soeurs de charité apporter, en compagnie de soldats allemands, des vivres aux habitants placés sous protection. J'étais aussi présènt quand le colonel Hoch renvoya chez elles les personnes que ces faits ne concernaient pas, avec 1'ordre strict de ne pas se montrer en rue. D'autres habitants dont les maisons étaient completement brulées, furent installés dans les maisons de garde-barrières. Au dela' de Dinant, un hussard trouva, sur la route, un projecUle dans le noyau en plomb duquel une lame pointue en acier (eine speerartige Stahlklinge) avait été introduite. Ce projectile a ete passé de mains en mains dans ma section.

Sluiten