Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

L'Allemagne récusera peut-être ces témoignages en arguant que ce sont des Beiges qui les rapportent.

En voici d'autres; ils sont allemands, assermentés et signe's. Ils proviennent de 1'enquête faite, par 1'autorité militaire franfaise, auprès des prisonniers allemands appartenant au XIIme corps d'armée (ler corps saxon), sur les crimes commis a Dinant par ce corps et sont publiés dans le Livre Gris beige.

1°) GRIMMER Rudolph, soldat au régiment d'infanterie n° 108.

Mon régiment est entré a Dinant le 23 Aoüt, vers 5 heures du matin.... L'ordre nous a été donné de tuer tous les civils qui tireraient sur nous, mais en réalité, les hommes de mon régiment et moi-même avons tiré sur tous les civils que nous trouvions dans les maisons d'oü 1'on supposait qu'un coup de feu avait été tiré J nous avons tué de la sorte des femmes et même des enfants. Nous ne le faisions pas de gaïté de coeur, mais nous avions regu de nos supérieurs 1 ordre d agir de la sorte et pas un soldat de 1'armée active ne saurait contrevenir a un ordre émanant, comme celui-ci, du commandement supérieur.... (Livre Gris beige, page 247).

2°) PEISKER Johannes, du régiment d'infanterie n° 108.

Nous sommes entrés a Dinant le 21 Aoüt, vers 9 heures du soir et nous avons tiré sur les fenêtres des maisons pour nous défendre contre les ennemis qui pourraient y être cachés. A 11 heures du soir, nous nous sommes repliés aux environs de la ville oü nous sommes restés toute la journée du lendemain. Nous sommes rentrés a Dinant le dimanche 23 Aoüt, vers 10 heures du matin. L'ordre fut donné dans toutes les compagnies de mon régiment de massacrer les civils. Cet ordre me fut transmis par 1'oberleutenant Harich. Ma compagnie n'a pas eu 1'occasion d'obéir a cet ordre, car elle était spécialement affectée a la couverture de 1'artillerie.... (Livre Gris beige, p. 248).

3°) BRE1TSCHNEIDER Ewald, même régiment.

Le Vendredi, 21 Aoüt dernier, le soir, notre lieutenant Schultz, qui remplacait notre commandant de compagnie, blessé, nous a fait connaïtre que l'ordre était de massacrer a Dinant tous les civils. Cet ordre était un ordre de corps d armée. Ma compagnie n'est passée a Dinant que le dimanche 24 Aoüt, alors que tout était déja brülé.... (Livre Gris beige, p. 249).

Inutile de multiplier ces citations. Pas de commentaires ; ils sont superflus.

Sluiten