Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

CHAPITRE XXII Conclusion

J'ai publié les pièces du procés.

Dans 1'analyse que j'en ai faite j'espère avoir mis assez de clarté pour que le lecteur sans préjugé ait pu former son opinion et, jugeant le débat, conclure : la population de Dinant n a commis aucune faute ; le crime perpétré contre elle est sans excuse ; de 1'armée qui 1'a commis la flétrissure en remonte au gouvernement qui couvre les criminels et défend leur oeuvre.

Les généralisations trop absolues sont injustes.

Je me refuse a croire que tous les soldats allemands qui ont été mêlés aux événements de Dinant soient des coupables. II doit en être qui se sont abstenus de participer aux crimes qui

leurs étaient ordonnés.

" Nulle part, dit le lieutenant Kipping, (Anl. 28) nous ne tirames a dessein sur des femmes et des eniants. Que ceux-ci aient été parfois atteints dans le désarroi, cela est inévitable. „ II est tout aussi inévitable que des Allemands aient été victimes d'accidents analogues. L'irréflexion et le préjugé aidant, des hommes, voyant leurs camarades tomber alors que le feu des Francais ne pouvait les avoir atteints, ont pu, de bonne foi, se croire attaqués par des francs-tireurs. Les échos déconcertants de nos rochers purent aussi induire en erreur un certain nombre d'Allemands sur 1'origine du tir qu'ils entendaient.

Mais. conduite correcte et erreur furent des exceptions.

La masse est coupable et le commandement alletnand est responsable des événements. II a ordonné ; les documents allemands le proclament. II a été obéi.

On se demande comment une armée, orgueil d'un grand empire, une armée en qui se concentrent toutes les espérances, toutes les affections, toute 1'ame du peuple allemand, a pu, non seulement méconnaitre les conventions, protectrices du droit des non-combattants, qui portent la signature de 1 Allemagne, mais encore outrager, violer les lois les plus sacrées de la conscience, de 1'honneur et de 1'humanité.

C'est la guerre, nous disaient-ils !

La guerre! dernier recours des droits que 1 on viole, des liber-

Sluiten