Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de la propriété (1) sont percês de meurtfières; il en conclut que 1'immeuble est organisé pour la défense (C. Anl. 9).

Un point a noter dans ces dépositions, c'est que pas plus 1'officier que le sous-officier ne constatent que des coups de feu aient été tirés de eet immeuble.

Quoi qu'il en soit, un officier du même régiment de grenadiers n° 100, le capiteine Zeidler, prétend qu'on a tiré violemment dudit immeuble (C. Anl. 69); le sous-officier Lauterbach, du régiment de fusiliers n° 108, affirme que des salves de fusil furent tirées de 1'ambulance (C. Anl. 56). Le Dr Köckeritz (C.

Anl. 67) témoigne dans un sens analogue (2).

*

* *

Actes de cruauté. — Le rapport du Bureau Militaire d'Enquête allemand, relatif aux événements de Dinant, affirme que le fanatisme de la population civile s'exerfa d'une fa?on révoltante: des soldats furent assassinés pendant leur sommeil, des morts furent profanés, des blessés prisonniers furent brülés après avoir été, au préalable, ligotés au moyen de fils de fer (p. 122). Cette énumération est appuyée sur les dépositions insérées aux Anlagen C 56, 59, 61, 67, 73 a 78 ; elle paraït se référer a un grand nombre de faits différents. En réalité, toutes ces dépositions ne se rapportent, semble-t-il, qu'a un chasseur saxon qui aurait été trouvé carbonisé prés de Dinant a proximité de la route de Sorinnes, et, peut-être, a un deuxième soldat ayant subi un sort analogue, ainsi qu'a un fusilier ayant les yeux crevés; et, en outre, a des soldats allemands trouvés morts dans une maison de Dinant.

A. — Le chasseur saxon carbonisé

Les diverses observations semblent avoir été faites toutes ou presque toutes, le 23 Aoüt, a proximité de la route de Dinant a Sorinnes, non loin de 1'endroit oü un poste de secours (Verbandplatz) avait été installé dans une propriété isolée oü 1'on passé avant d'arriver a Dinant (3). Sept des témoins, parmi lesquels le Dr Holey (C. Anl. 74), appartiennent au régiment de fusiliers n° 108, et un autre au régiment d'artillerie de campagne n° 12, qui avaient, en commun, établi ce poste de secours ; le neuvième témoin, le Dr Köckeritz (C. Anlage 67), paraït avoir été attaché a 1'ambulance.

Les atrocités de ce genre reprochées aux populations de Dinant et des environs se réduiraient ainsi au cas d'un seul soldat traité

(1) Die Einfriedungsmauern dieses Gebaudes gatten Schiessscharten.

(2) Voir la note de Mgr Heylen.

(3) Le témoin, Dr Köckeritz, se trompe, sans aucun doute, en situant i'ambulance a i'Ouest de Dinant (C. Anlagen 59, 67 et 76).

Sluiten