Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

coutumier en général; cependant, il y a sur cettc matière une trop grande divergence d'opinions 60) enti'e les différents auteurs pour que je puisse me borner a renvoyer le lecteur a ces derniers. Les observations suivantes, que 1'on rectifiera s'il y a lieu, ne me paraissent donc pas superflues.

Quand on parle de droit coutumier, on reconnait par la même, a moins de faire violence a la Iangue et de donner lieu a des méprises de toute sorte, que la première condition d'un droit pareil est 1'existence d'une coutume 61). En supposant la cliose admise sans contestation, les doutes ne tardent pas a s'élever sitöt que 1'on se demande de qui doit provenir la coutume pouvant donner naissance au droit coutumier. II est inutile de s'arrêter a la théorie qui cherclie la source du droit coutumier, non dans les membres de la société dont il s'agit, mais dans les autorités soit spirituelles soit temporelles, et spécialement dans les juges, qui pour lesdits membres constatent 1'existence d'une règle déterminée de droit coutumier. Même un partisan convaincu de cette doctrine pour ce qui est du droit coutumier national ne pourra la soutenir pour le droit international public °2). La souveraineté des Etats, encore si elle est comprise dans le sens indiqué au no. 1, implique qu'aucune autorité ne peut ériger en droit certaines coutumes qui ne 1'étaient pas jusque-la. En outre 1'organisation d'un tribunal international, jugeant les Etats et qui pourrait être considéré comme représentant la cornet Oppenheim dans Z. I. R. 25 p. 1—13. Je n'ai pu lire 1'étude d'A. Cavaclieui, La consuetucline giuridica internazionale, 1907.

60) Pour s'orienter, comp. Windscheid, Lelirbuch des Pandektenrechts I, 91". éd. par Kipp 1906, p. 76—89; mais comp. aussi en sens divers v. Holtzexdorff dans B. H. 1 p. 113, et v. d. Vlcgt dans R. Mg. 1914 p. 333—346. A la page 338 il dit a bon droit: „ad Jiuc sub judice lis est".

61) Cette remarque n'est pas superflue: que 1'on songe a la doctrine d'ailleurs généralement abandonnée aujourd'hui, mais jadis soutenue, qu'il pourrait être question de droit coutumier, avant même que 1'on ait pu constater une coutume.

62) II va de soi que la même observation s'applique a la thèse qui fait reposer le droit coutumier national sur la volonté de 1'Etat oü il est en vigueur.

Sluiten