is toegevoegd aan uw favorieten.

In memoriam

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

erétaire; position d'autant plus difficile que ee fut a cette époque que 1'esprit de résistance et de révolution contre le régime tant soit peu arbitraire du roi Guillaume commengait a se faire jour. Celui-ci, glorifié comrae le »Roimodèle", le »Père de ses sujets", le »Solomon du dixneuvième siècle", avait 1'ambition de se poser en coryphée du libéralisme moderne, libéralisme qui, avec les meilleures intentions sans doute, prétend fagonner tout d'après ses vues et veut rendre les hommes heureux non a leur guise, mais a la sienne, concordant ainsi parfaitement avec ce qu'il y avait d'opiniatre dans le caractère du roi. Pourtant la combinaison était étrange. Au rebours d'un roi coiffé du bonnet de Jacobin, on vit un libéralisme ceint du diadéme d'autocrate et se parant de la pourpre royale. D'un cöté ne sachant pas se défaire des tendances réactionnaires de la Restauration, de 1'autre s'efforgant de combiner, dans une association impossible, un régime frisant le despotisme avec les opinions avancées issues de le Révolution, ce libéralisme royal engendra une politique incertaine et ambigue, tour a tour relachée et sévère, toujours vacillante, manquant ou dépassant son but, mais ne 1 atteignant jamais. Pour les libéraux Ie roi était trop conservateur, pour le clergé et les hommes de la Restauration il était trop libéral. M. Groen ne se fit nulle illusion sur Tissue de cette politique; il vit bientöt qu'elle ferait fausse route et devait fatalement échouer. D'ailleurs il commengait a avoir des convictions très-arrêtées, auxquelles 1 avaient conduit des principes tout opposés. Enfant non de la Restauration, mais de la Réformation, issu de Calvin, non de Rousseau, il ne fut pas le sectateur d'un