Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

qui ont prêché leur idee — le monde dirait a tort et a travers, — notre Caton moderne avait son: vPraeterea censeo Carthaginem delendam," sur lequel 11 revenait toujours. y>Non pas homme d'état, maïs Chrétien" fut et resta sa devise, et il n'eut d'autre politique que 1'Evangile, tel qu'il 1'entendait. En faire accepter la vérité avec toutes ses conséquences, ce fut la sa seule ambition. Les questions simplement pratiques ou matérielles ne 1'intéressaient que médiocrement, et sans y rester complètement indifférent, il ne sy mêla que rarement; mais s'agissait-il d'une question de principes ou de haute politique, des droits de la conscience, des devoirs envers les minorités, d'autonomie des communes, de la liberté d'éducation ou des prérogatives de la couronne, ou bien la discussion au sujet du budget ofVrait-elle comme 1'habitude parlementaire en Hollande le comporte, 1'occasion de donner libre carrière a un exposé de principes; alors il fallait entendre M. Groen plaider sa grande cause avec le saint zèle d'un prophéte et jeter son vaillant défi, adresser sa mordante philippique a 1'inanité, a 1'incohérence et aux funestes tendances du libéralisme moderne! Bien longtemps il ne se vit soutenu que par deux ou trois amis fidéles, ou bien il se trouvait seul de son parti dans la Ghambre. II ne s'en découragea POint, car il savait que la vérité ne se vote pas dans une assemblée a la majorité de voix. II avait le sentiment de son devoir, le courage de son opinion, et — c'était assez. II croyait, c'est pourquoi il paria. »Et s'il n'en reste quun, je serai celui-la," ce mot du poéte francais, il le lit sien, et bien souvent il a dit lui-même, en parlant de son parti: «Dans notre isolement réside notre force." Même

3

Sluiten