Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

surtout ajez la bonté de m'avertir bien a temps de 1'audience 1). Sans donte j'airaerais bien a rester ce mois entier ici; cependant encore huit ou dix jours et j'aurai assez vu om des noods met fatsoen de terugreis te kunnen aannemen.

J'anticipe d'une journée, car je pense que celle ei vous parviendra le 12 pour vous feliciter a 1'occasion de 1'anniversaire de Cornèlie. Je me propose de lui ecrire demain et de lui témoigner combien je m'interesse sincèrement et vivement è, son bonheur.

Adieu mes chers Parens! Mille choses Èt Mimi et a vos logées et croyez moi

Yotre dévoué fils Guillaume.

P.S. Faut-il demander a Mr. Audinet a combien montre le port qu'il paje pour mes lettres?

Mimi n'a-t elle pas quelques momens a me donner!

J'ai pensé qu'il valoit mieux ecrire aujourdliui a Corn: enfin de ne pas faire payer inutilement doublé port. Ayez la bonté de lui donner ma lettre a son anniversaire.

Je tacherai de mettre a profit l'article par rapport a Mr. F. En verité un étranger, qui veut tout voir, depense bien assez, sans qu'il risque de perdre encore par dessus le mare her.

Paris le 11 Septembre 1826.

Je viens de recevoir mes chers Parens! votre lettre du 6 courant; il me paroit qu'elle a été extraordinairement

1) Hiervan spreekt Groen in den brief aan zijne schoonmoeder Mevr. de Wed. van de Hoop, dat. 10 Oct. 1827.

De Heer van de Poll werd als secretaris aan het cabinet ontslagen; ik had geen lust voor de opengevallen plaats te solliciteeren, maar na eene serieuse conversatie met Papa, die bemerkt had dat de practijk mij niet bijzonder beviel besloten wij, doch eerst vier maanden later, om met den Heer de Mey daarover te spreken. Deze verlangde juist iemand tot hulp te hebben, droeg mij aan Z. M. voor doch ik was te Parijs, de koning had vues op Neef Stratenus en deze werd, ofschoon natuurlijk eenigszins op een andere wijze, aan den Heer de Mey geadjungeerd.

Sluiten