Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C '49 )

& par toutes les idees, penfées > opinions Sé fentimens qu'il avoit acquis.

Voila raa facon d'être. Dans les difcours j c'eft toujours on prefque toujours les penfées qui arnènent les mots. Dans mes réflexions % mes méditations, c'eft toujours d'après des idéés» des objets individuels, exemplaires ou particuliers que mon entendement fait toutes fes opérations , & prefque toujours c'eft la penfée qui réveille les mots & non les mots qui arnènent les penfées. Quelquefois je me .fuis laiffé aller a la féduction d'un mot que n'appelloit point la fuite de mes penfées, mais propre k jetter quelqu'éclat. Mais en reiïfant mon ouvrage, je me fuis toujours appercu que ce mot qui avoit devancé ma penfée, mettoit dans ma compofition de Pincohérence ou une redondance vicieufe. D'oii j'ai conclu que tous ces ouvrages oii fourmillent ces défauts étoient faits par des, auteurs qui n'abondant point en penfées attendoient les mots.

Je ne puis dire comme penfent mes femblables;; mais comme ris ne font point formés d'un autre limon que moi, qu'ils ont les mêmes organes que moi, je crois que ce qui fe paffe en moi fe paffe de même en eux y les circonftances lesmêmes.

Un homme reyient d'un voyage d*butre-mer;.

KJ

Sluiten