is toegevoegd aan je favorieten.

Lettres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

J." J.' a o • v s m m & ■ &>. 327.

L'ettee « M. AVauzit;., en--lui envoyqnt lés.< Lettre 1-de. la- Montagnes.

Mótiérs, 9iVécembt&:>iï6&.

JEK ig h-ez, vériérablë Abauzir,. écouter mes* juftes plaintes; combien j'ai gémi que Ie Confeil & les Miniftres de Geneve m'aient mis en droit de leur dire des vérités fi dures! Mais puifqu'en» fin je leur dois ces vérités , je veux payer ma < «lette. Ils ont rebuté mon refpect, ils auronfdéformais toute ma franchife. Pëfez mes raifons& prononcez. Ces dieUx de chair ont pu me punir fi j'étois coupablc; mais fi CaKHrm'abfouts,. ils n'ont pu que m'opprimer.

Lettre a M* D***,

Motiers, le 13 Décerrtbre 1754..

H vous parlerai maintënant, Mönfieur, de mons affaire (*) , puifque vous voulez bien vous cbarger de mes intéréts.- J'ai revu mes gens; leur fociété eft augmentée d'un libraire de France,, homme.entendu, qui aura rmfpectlon delapartie^ itsrpDgrsphique. Ils font en état de faire-les fondr

Ct3.ï^éditio* g^n^falë-de. fes OBvr»g*if,