is toegevoegd aan uw favorieten.

Lettres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

J- J- R o u s s x 4 o; é%f rendrez déformais foient pour contenter votre ten-' dreffe&Ia lui montrer, mais qu'ils „e réveillent: plus en vous une efpérance oruelle, qui-donne la* mort a chaque fois qu'on Ia perd.-

1>2T-Trs ÏMlie. Dewes.

H Janvier 1768;

$1 je vous- ai fa.flg , ma beIIe voi&

ve^ïïSfG b(en ^ée, vous'm en

^larffee une autre que j'ai gardée encore mieux. Vous n'avez mon. cachet que fur un papier q,rf

mon cceur d ou r.en ne peut PefFacer. Fuifn^!

SxcT" qUere'Ws votre gage, ^cU teux que vous euffiez confervé le mien, c'étoit - feu qui devois defirer de vérifier- fa chot ;

Jo c befom pour mieux fentir mon malheur, qu! vous men faffiez encore un crime? cela n'eft pa rroj bunata Mai, votre fouvenir me conf fed ' vos reprocbes; j'aime mieux vous favoir rlft

r ouir-& *

r e ^rne11 5*

p0:rsrfl j.^;frqaeiquefois *•

dke IeE „a, "Joiors a mon tour vou«

IeSVÓtrM' vous™ trouv-eriez trop galanV

r i