is toegevoegd aan je favorieten.

Histoire d'Estevanille Gonzalez, surnommé Le garçon de bonne humeur.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

174 HlSTOIKE

ner, qu'il m'avoit aulTl remis. Seigneur, me dit-il, nous avons voyagé enfemble fur mer. Je lui répondis que je m'en fouvenois; & nous nous engageames infenfiblement dans une longue converfation.

II m'apprit qu'il étoit ficilien; qu'il fe nammoit Roger Madatori, natif du village d'Aderno, dans la vallée de Demona, au pied du Mont-Gibel, qu'il vivoit agréablement a Florence avec quelques amis de fon humeur; Sc qu'il ne tiendrok qu'a moi de partager les douceurs de leur fockké. II avoit un air doux, & une phyfionomie qui prévenoit en fa faveur. Je crus ne pouvoir mieux faire que de me faufiler avec lui. II me préfenta d'abord a deux jeunes gens de très-bonne mine, qui me recurent a bras ouverts, & m'affocièrent a leurs plaifirs. Ils m'introduifirent dans quelques-unes des meilleures maifons de Ia ville; me firent voir les plus aimables dames de leur connoiffance, & dépenfer, chez elles, prefque toutes mes piftoles, fans que je pufte les foupconner d'avoir en vue de mettre ma bourfe a fee; car dans toutes les parties que nous faifions il leur en coütoit autant qu'a moi. Mais ils avoient des reffources, & je n'en avois point. Auffi devenois-je trifte a. mtfure que mes efpèces difparokfoient.