is toegevoegd aan uw favorieten.

Lettres sur la Grèce.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

74

LETTRES

ple a Jupiter. Cet ancien monument ne fubfiftc plus. 11 a été remplacé par une petite cbapelle, oü les Grecs vont en pélérinage. Artemira eft fort efcarpée. On ne peut y monter a cbeval. II faut la gravir a pied pendant quatre heures de marche pour arriver a fa cime. Lorfqu'on y eft parvenu , on jouit d'un coup-d'ceil magnifïque. On découvre aux bords de 1'horizon vers le nord-eft, les fommets du Cragus, au nord la cöte élevée de la Caramanie, au nord-oueft de petites Ifies femées dans 1'Archipel, qui paroiffent comme des points lumineus, au fud-cueft Ia tête du mont Ida couronnée de nuages, au midi & au fud-eft la vafte étendue des eaux qui baignent les cötes de 1'Afrique: cette peifpeftive éloignée varie a chaque inftant, fuivant qu'elle eft plus ou moins éclairée par les rayons du foleil, & produit des fcènes mobiles qui captivent les regards. L'obfervateur, après avoir joui de ce grand tableau, les rabaiffe avec plaifir fur 1'Ifle qu'il voit s'arrondir a .fes pieds. II appercoit ca & la fur les monts les plus élevés des pins antiques que la Nature y a placés. Ils formoient autrefois d'épaiffes foréts, que les Rhodiens confervoient avec foin pour entretenir leur marine. Aujourd'hui ces beaux arbres font clair femés, paree que les Turcs les emploient k la conftmétion des caravelles du Grand. Seigneur, & qu'ils coupent fans jamais replanter. Ces lieux folitaires fervent d'afyle a des anes fauvages, qui font d'une grande Ié^treté a la courfe.