Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

2io La Malheur I m p r é v u.

donnez pas.. .. Mon défespoir J'ai perdu mon

pere , je fuis donc maintenant tout feul, ifolé dans le Monde , abandonné a moi-même , ah ! je fuis perdu. M. Des lande s.

Perdu, mon cher ami, non, je vous aime comme mon neveu ; venez vivrc avec nous jufqu'a ce que vous ayez arrangé vos affaires, & pris un parti; ma maifon, ma bourfe, mes confeils, tout ce qui dépendra de moi efl ii vous; enfin vous ferez auffi mon neven.

M. Villier s.

Vos offres, votre amitié, feroient bien capables de me confpjer, fi quelque chofe pouvoit le faire; mais, 6 Ciel! je perds mon pere au moment oü fa vie m'étoit

plus néceflau-e que jamais dans le temps oü j'é-

tois décidé a prendre le bon cbemin Ah ! fans

doute, la Providence veut faire autre chofe de moi, puifqu'elle met en poudre par un fi cruel événement, tous mes projets.

m. Deslandes.

La Providence vous éprouve, voila tout, mon cher ami, mais ne iugez pas mal de fes deffeins , elle fe juftifiera en vous infpirant une bonne conduite.

M. Villier s.

Elle eft toute juftifiée, Monfieur, dans le moment même , par le deffein qu'elle m'infpire , oui je n'ai pas

de meilleur parti il prendre, & je lc prendrai.

M. Deslandes.

Et quel eft - il?

M. V i l l i e r 's.

C'eft de me retirer du monde, & d'aller pleurer toute ma vie dans un Monaftere, la perte irréparable que ie viens de faire.

Sluiten