Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

* Lettres de deux Fitles dn livre. — C'eft im auteur qui veut jouer un röle dans fon ouvrage, & il n'en a plus befoin, fi les autres font bien rendus: celui qui fait jouer des marionnettes, doit toujours être invifible. Je ne veux point non plus un titre qui annonce 1'hiftoire , c'eft en diminuer la curiofité & 1'intérêt; il vaudroit peutêtre mieux ne point mettre Chapitre. Cependant il faut au le&eur une occafiorv de fe repofer, que ce foit fimplement une interruption qui ne coüte rien,ni au Iecleur ni a Paüteür. Celui-ci fera donc Chapitre XX : Continuation de Phiftoire de Mifs Carnille. — A préfent, oii en fuis-je reftée dans ma derniere lettre ? II me femble que c'eft a la fin de ce grand jour pafle dans la maifon Walmore. (Souviens-toi que c'eft moi crui te raconte mon hiftoire, ou bien k quelqu'autre; ce qu'on aura eu foin d'arranger dans la préface, ou dans Pintroduction, ou modeftement dans un avis au lefteur.) — Lors donc que j'e.us, quitté Sir Robert, & que mes yeux eurent cherché un moment a démêler 1'état vrai de fon cceur, je rentrai chez moi. Mon premier mouvement fut de m'approcher de Ia fenêtre, pour le fuivre encore des

Sluiten