is toegevoegd aan uw favorieten.

Camille, ou Lettres des deux filles de ce siecle.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de ce fiecle. 87 mals s'en éloigner; qu'il me feroit impoffible de penfer a une femme qui ne fit pas leur bonheur autant que le mien , & je finis par montrer ma répugnance a n'écouter que les convenances de Ia fortune , & point 1'inclination. — Ah oui, inclination, reprit encore ma mere, c'eft bien un roman qu'il nous faut, & nous ferons bien heureux avec une fille qui n'aura pas le fou ! Je vous affure , Mylord , qu'il faut dire a votre flls votre volontéavec fermeté, fans quoi nous aurons bien des chagrins avec fon inclination : un de ces beaux jours, Dieu fait de quelle hiftoire il viendra nous affliger! S'il eft raifonnable, il ne peut rien faire de mieux que ce qu'on lui propofe; s'il ne 1'eft pas, il faut que le pouvoir paternel le contraigne è le devenir. — Mylord , avec plus de douceur , appuya 1'avis de Milady. — Je leur ai dit avec 1'expreflion de la douleur, que j'étois bien malheureux d'être traité avec autant de dureté par mes parents, n'ayant fur-tout jamais fait que leur volonté, jamais cherché que leut plus grand contentement, &c que je ne pouvois croire qu'ils ne vouluffent point penfer au mien, — Propos d'amoureux I