is toegevoegd aan je favorieten.

Camille, ou Lettres des deux filles de ce siecle.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de ce fiecle. 97 lant me perfeöionner dans la langue francoife , je m'amufai a traduire un des contes qui m'avoient fait plaifir ; je le mettrai ici pour ceux qui auroient 1'envie & le temps de le lire, a quoi cependant on n'eft point obligé. —

Ce que m'avoit dit Betty me confirma dans 1'idée que j'avois eue , que Milady vouloit employer le Miniftrc contre moi, & qu'il feróit un ennemi dont je devois me défier. — Je paffai trois jours encore dans mes occupations de ledlure, de traducuon & de mufique; je rempliflbis affez mon but , je me fouftrayois a la curiofité des perfonnes que j'avois vues. La familie Walmort ne pouvoit m'accufer d'aucune intrigue ni d'aucun empreffement a les rechercher; j'éprouvois les fentiments de Sir Robert, fans les affoiblir; & de plus, cette retraite convenoit a mon cceur & a mon efprit: il me fembloit que feule avec moi-même , j'étois plus prés de 1'objet qui m'occupoit. Quelques moments d'abfence donneront tant de force aux impreffions! la première entrevue fera fi intéreffante, fi décifive ! — II eft inutile de dire que les Demoifelles Dagby avoient envoyé deux fois s'infor-

Tome IL E