is toegevoegd aan uw favorieten.

Camille, ou Lettres des deux filles de ce siecle.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

J76 Lettres de deux Filles don; tu auras plus de plaifir a fatisfaire fa curiofité fi elle exifte encore. J'efpere que. ton amie ne lui fera jamais indifférente; préferve-m'en toujours, je t'en prie, ou je m'en prendrai a toi. —II y a bientöt trois femaines que je t'ai envoyé ce gros paquet qui te eau fa tant d'effroi, & il y a plus de quinze jours que j'ai recu ta lettre : c'eft donc une , affez grande époque de mon hiftoire è te raconter; il feroit plus fimple, & il te conviendroit mieux, je crois, de te dire tout de fuite oii j'en fuis, & ce qui fe_ paffe dans ce moment. Mais tu jugeroismal du préfent, fi tu ne voyois le pafte qui Pa amené : d'ailleurs, je penfe è Mylord qui aime la lecture cc dont la maniere de lire te force a écouter, & te ranime en ma faveur. Plufieurs fois j'ai voulu t'écrire , j'avois même commencé Ie lendemainde 1'envoi de ma derniere; mais Ia fituation ou je me trouvois , 1'état d'abattement &^ de foiblefie oü il me convenoit d'être a caufe de mon enlevement, ne me permettoit pas de le faire : j'avois auffi commencé cette lettre le Iendemain de la réception de la tienne ; mais il y a des moments oü un filence par-