Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DE M. DE GOURVILLE. 237 moins j'appris qu'il avoit tenu ce langage en quelques oceafions , & après 1'avoir concerté avec M. le Pelletier, ils firent dire fous main a M. le Préfident de la Chambre des Comptes, d'em-s pêcher la vérification des LettresPatentes que j'avois obtenues, ce qu'il fit, en parlant fecrétement au Maitre des Comptes qui en étoit chargé, fans dire qu'il en eüt ordre. Je foupconnai que : cette difficulté pouvoit venir de IM. Nicolaï , paree que M. le Prince prétendoit qu'une petite ] Capitainerie que ce Préfident ijs'étoit érigée, étoit dépendantede >| celle de Hallatte; mais je fus bienÜtöt, fous grande promeffe de In'en point parler , dou eet emjjpêchement étoit venu. Je pris sle parti de Pignorer, & néanmoins iide faire des inftances pour pari venir a une vérification ; jJen parlai a M, le Pelletier qui me

Sluiten