Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

59

arts, & devient la fource de 1'abondance & de la profpérité des Etats bien gouvernés.

L'or, 1'argent, les peries & les pierres précieufes font autant d'objets utiles au commerce. Ces riches productions, que le luxe, la fantaifie ont fait monter a un prix exhorbitant, nous ont mis plus a même de nous procurer les productions & manufactures des Indes, que nous ne pouvions avoir avant d'être en poffeffion de ces riches métaux. Ces productions & marchandifes des Indes importées en Europe, occaüonnent une circulation d'autantplus grande, qu'ellesprocurentau-dela du doublé de la valeur première, excedant qui n'ajpauvrit ni la nation, ni le commerce, puisque le bénéfice refte dans 1'Europe, & fert a fe procurer de nouveau & avec plus d'aifance les moyens d'augmenter les importations en ce genre. Si nous n'euffions eu dans le commerce, ni peries, ni pierres précieufes, & moins d'or & d'argent pour employer les uns & les autres a flater le goüt, fournir a la magnificence des fouverains & des cours, la poffeffion de ces métaux ne feroit dans les mains du négociant ou des compagnies qui les procurent a 1'Europe, qu'un furnuméraire indifférent au commerce & a Tart. Mais avec le fecours

Sluiten