is toegevoegd aan uw favorieten.

Dictionnaire élémentaire de botanique.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

no POR nns, comme dans la fig. 16, font très-fins, égaux, fufceptibles d'être détacbés les uns des autres , Sc contigus avec la chair du chapeau ; d'autres, fig. 17 , font aufli trés - fins & égaux, mais continus avec la chair du chapeau qu'ils recouvrent, & quelquefois même continus entr'eux , de manière a ne pouvoir être féparés; d'autres,fig, 19, fonttrès-courts, trés - inégaux en largeur 8c en profondeur ; il y en a aufli qui font fi fins ,fig. 11 , qu'a peinc peut-on les diftinguer, Sc qui font en partie continus Sc en partie contigus; d'autres enfin , fig. 21 , qui font quelquefois contigus, quelquefois continus , mais qui reflemblent parfaitement a ces alvéolés que 1'on remarque fur les gateaux de cire que 1'on retire des ruches a miel. Ces efpèces d'alv/oles vègétales ne font pas toujours aufli régulières que celles que forment les abeilles ; mais il y a des individus ou elles font aflez conflamment pentagones, & d'autres oü elles font hexagones: il eft effentielde faire cette remarque. II en eft de ces efpèces de champignons que 1'on nomme Polets , comme de celles que 1'on nomme Agarics ; ce n'eft que dans l'état de développement parfait, que 1'on peut juftement faifir les caractères qui les diftinguer. t.

FORT. ( Habitus. ) II n'y a point de plante qui, indépendamment des caractères qui la diftingnent, n'ait une facon d'être qui lui eft particuliere , une forme habituelle qu'aucune autre plante n'a qu'elle. L'ceil exercé diftingue aflez bien une plante par

POT

fon port; mais on ne peut établir de régies pour cela : on dit bien que telle plante a a-peu-près le même port que telle autre ; mais on ne dit point, 8t 1'on ne peut point dire , de manière a fe faire entendre clairement, ce qui conftitue le port d'une plante, 8c comment le port de celle-ci diffère du port de cclle-la : c'eft par-la cependant que la Nature s'eftplu a diftinguer Ie mieux la plupart des êtres qu'elle a créés ; il faut bien que ce figne lui ait paru fuffifant pour faire reconnoïtre les plantes ; aufli voyons-nous que tous les animaux libres ne s'y trompent pas, 8c il eft a préfumer que l'homme qui s'y cxerceroit, ne s'y tromperoit pas plus qu'eux.

POTAGERES. ( Pl. olcraceae. ) On appelle plantes potagères ou herbespotagères, tinnes celles que 1'on cultive dans les jardins potagers, pour 1'ufage de la ciiifiue. On emploie aflez indifféremment les mots potagères 8c léguminaires, comme fynonymes.

POUSSIERE féminale. V.

POLLEN.

Cette pouffiére prolifique paroit jouer un grand role dans le règne végétal ; ii n'eft prefque point de plantes fur lefquelles on n'en découvre, pour peu qu'on les obferve avec attention. J'en ai trouvé abond?mment fur toutes les eipècts agarics ; mais ce n'eft point, comme on lecroit, entre les deux lames qui compofent chaque feuillet, qu'elle fe trouve, c'eft fur leur furface extérieure , pl. VJ, fig. 10. J'en ai vu forrir des pores ou tuyanx de