Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

6z Les Liaisons

de 1'amour le plus tendre, & même le plus ardent, quoiqiie le plus refpectueux. Vous pourrez le défefpérer, mais non 1'anéantir.

De quel droit prétendez-vous difpofer d'un cceur dont vous refufez 1'hommage ? Par quel raffinement de cruauté , m'enviez - vous jufqu'au bonheur de vous aimer ? Celui-la eft a moi, il eft indépendant de vous; je faurai le défendre. S'il eft la fource de mes maux, il en eft auffi le remede.

Non , encore une fois , non. Perfiftez dans vos refus cruels; mais laiffez-moi mon amour. Vous vous plaifez a me rendre malheureux! eh bien ! foit; effayez de laffer mon courage, je faurai vous forcer au moins a décider de mon fort; & , peut-être , quelque jour, vous me rendrcz plus de juftice. Ce n'eft pas qus j'efpere vous rendre jamais fenfible: mais fans être perfuadée, vous ferez convaincue; vous vous direz : je 1'avois mal jugé.

Difons mieux, c'eft a vous que vous faites injuftice. Vous connoitre fans vous aimer, vous aimer fans être conftant, font tous deux égarement impoffibles; & malgré la modeftie qui vous pare, il dok vous être plus facile de vous plaindre, que de vous étonner, des fentimens que vous faites naitre. Pour moi, dont le feul mérite eft d'avoir fu vous apprécier, je ne veux pas le perdre; & loin de confentir a vos offres inlitlieufes, je renoit.

Sluiten