Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

■ DU P A R -t Ë I È N Ti' ï|

triême principe, qu'un roi ne peut rien eh ces ibrtes d'affaires, fans 1'avis de fes barons; &C que les barons, ( qui compofoient alors le par« lement ) , font en droic de s'oppofer a ce que feroit un roi , en faveur du clergé, contre les droits de' fa couronne. En izi6 3 Innocens^IlI le prefle par un légat, de protéger, comme vaffal du faint fiege , le roi d'Angleterre Jean fans Terre, qui, pour fe rédimer d'une excom• munication de Rome, venoit de faire hommage au pape, de fon royaume. Philippe Augufte répond au légat, que les acles de ce foible roi font nuls , paree qu'il les a faits fans 1'avis de fes barons ; qu'un roi ne peut difpofer des droits de fa couronne contre leur volonté, & qu'ils font même ©bligés', par devoir, de défendre fa "couronne. Nullus rex velprinceps poufi dare ngnum fuum , fint affenfu baronum fuorum, qui regnurtt illud tenentur Oefenden. Cette réponfe fut faite dans un parlement qui fe tint a Lyon, Sc que Mathieu Paris notnme colloquium. Les membres du parlement déclarerent au légat, qu'ils foUtiendroient jufqu'a la mort, que nul prince SC nul roi ne peut, par fa volonté feule, ni donner fon royaume, ni le rendre tributaire, ni rien faire qui puiffe avilir fes fujets. Tune quoque magnates omnes uno ore elamare cceperunt, quoA

Bi,

Sluiten