is toegevoegd aan uw favorieten.

Des États Généraux, et autres assemblées nationales.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

öe Savaron»' nf

fiè pourroient rien demander ; mais ils établitent pour première conditiën , que ceux quï jomroient du nouveau benefice de la liberté, feroient a tour de röle le guet & la garde dans le chateau autour duquel ils étoient étabüs ; qu'ds s'y réfugieroient avec leur familie a 1'approche de 1'ennemi, tk qu'ils contribueroient de tout leur pouvoir a le défendre. Cette condition n'avoit rien en elle-même d'injufte ni de tyrannique : c'étoit la même qui avoit été impofée aux bourgeois des villes municipales. Elle étoit néceffaire & indifpenfable, tant que les feigneurs jouirent du droit de fe faire la guerre entr'eux, & de venger leurs injures particulieres. Lorfque nos rois furent devenus affez puiffans pour défendre a leurs fujets les guerres particulieres, ils ne purent abolir le droit de guet & de garde que les feigneurs avoient établis dans leurs chateaux. Les fanglantes guerres avec les Anglois, les ravages des nombreufes. compagnies de brigands, qui défolerent fucceffivement tk k plufieurs reprifes toutes les provinces du royaume , impoferent long-tems la néceffité aux particuliers de fe défendre par leurs propres forces, 'tk les intérefferent k la confervation des feuis afyles oii ils, puffent ■ mettre en süreté leur vie tk leurs biens. » Tornt FI, P