Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

234 Notice sur la Chronologie

accorder une exemption perfonnelle de toute ïmpofition, ils ratifierent indifféremment toutes les acquifitions que put faire le clergé, les legs pienx en faveur des églifes ou des monafteres; i!s donnerent a leurs fujets Fexemple de la magnificence & de la profufion a eet égard. Plus les tems devinrent malheureux, & plus les égüfes eurent de facilités pour s'enrichir; des hommes foibles & menacés par des voifins puiffans acheterent la proteöion des évêques en leur cédant la propriété de leurs biens, qu'ils reprenoient d'eux a ufufruit ou, comme on Pcxpliquoit alors, a titre précaire. La fortune des évêques qui difpofoient de tous les biens appartenans a Péglife , dans 1 etendne de leur cité ou diocèfe, devint immenfe; leur autorité étoit encore plus confidérable.»

« Depuis que les curies ou fénatsmunicipaux avoient été abrogés, & qu'un comte ou officier royal fe trouvoit chargé de 1'adminiftration , avec le droit de fe choifir des vicaires & des afieffeurs , le peuple auroit gémi fous le poids du de.'potifme, li Pévêque , refté feul de eet ancien fénat & toujours élu par la totaiité des citoyens, n'eüt oppofé un poids d'autorité capable de balancer & contenir celle du comte.»

» L'évêque eut donc le droit d'affembler les citoyens, de former avec eux des délibérations

Sluiten