Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DES SUFFRAGES. $Ot modération j'ai toujours ufé en votre endroit t même en la rigueur des armes: n'ignorez auffi les juftes néceffités qui m'y auroient quelquefois réduit, & m'afTure qu'en vos ames , vous en favez bien donner le blame a qui il appartient» Tant y a, que je n'ai onc troublé la paix de gaieté de cceur, ains puis dire avec vérité, que j'ai donné mes juites douleurs & mécontentemens (& en beaucoup de fortes) au bien <k repos de cet état. Ceux, meffieurs, fi vous y prenez bien garde , que vous affiftez de vos moyens, & pour ma ruine, n'ont pas procédé de même forte : d'une ambition particuliere, ilsont fait un zele de 1'églife ; de leurs mécontentemens privés, une guerre publique : n'ont fait confcience , au refte , d'allumer le feu aux quatre eoins de ce royaume , póur fe donner ce plaifir d'avoir mis le roi en quelque peine , d'avoir fia venger les défaveurs qu'ils s'imaginoient avoir revues de lui, par une calamité univerfelle. Dieu vous veuille ouvrir les yeux & vous faire voir le fonds de leurs intentions. Je ne crains (& Dieu le fait) le mal qui me peut venir , ni de Vos deniers , ni de leurs armes : 1'un & 1'autre ont été ja employés afTez de fois en vain j je plains le pauvre peuple innocent, qui fouffre prefque

Ii J

Sluiten