is toegevoegd aan uw favorieten.

Des États Généraux, et autres assemblées nationales.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

- SOUS X GUTS XI. 24? .

quoi greve^-vous & détruilez-vous ainfi mon peuple , & fe enfuit une bien grande punition , comme die Dieu par Ie prophéte , in diclo capite.

Pour les douces odeurs &c plaifances móndaines, penurie & erdures; pour les ceintures d'or que les hommes & femmes portent, auront une haire; & pourroient être lefdites chofes, caufe de mouvoir le peuple, tant d'égüfes que nobles, marchands &: labourenrs, tant ceux qui font des conditions deffufdires oii pourront aller ceux dont on fe tient fortifiés en bataiiles. & y mourroient, qui font toutes chofes bien a imaginer , & font les gens & peuple#en telle déplaifance & tribulation que pour doute qu'on ne leur óte le leur, que s'ils ont quelque chofedont ils nient a leurs enfans ou amis , ils le muffènt en terre , & jamais ne fera trouvé, qui fera bien grand évacuaticn de fang : & fe ie roi a affaire pour fa guerre, ïi prenne or & argenc. , ou fon pere & lui Pont mis, donné 6c fait bailler, car il eft fien. & ne Pont qu'en une maniere de dépot ou de garde , pourroit prendre des coliers, ceintures d'or, vaiflelle d'or & d'argent. II n'y a a peine gueres des deflufdits, qui ne veuilie man'ger en vaiffelip de cuifine d'argent, & il en y trouv-era affez, & peut-on bien dire a minima, ufque ad ma/orem, d levitd ufque ad fa.cerdo.tcm, a facerdote ufque ad provhetan. 2

Q »j