is toegevoegd aan uw favorieten.

Des États Généraux, et autres assemblées nationales.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

sous Chablis Vllï. 8j

faut attribuer cette faute a la chaleur de la difpute, & a un zele exceffif pour le bien publicDès qu'on leur reprocha qu'ils fembloient vouloir empiéter fur 1'autorité du roi, ils regarderent ce reproche comme un outrage, Sc fe défiftereht fur le champ d'une entreprife qui pouvoit faire fufpe&er leur fidélité.

Dans la réponfe verbale que le chancelier avoit faite après la leéture des cahiers, il avoit promis deux chofes. La première, que le roi choifiroit, parmi les députés, douze nouveaux eonfeillers d'état, auxquels il donneroit la même autorité Sc les mêmes prérogatives dont jouiffoient les anciens. La feconde, qu'il manderoit un certain nombre de députés , pour difcuter avec le confeil, ainfi compofé , les principaux articles des cahiers. Les états , qui ne s'étoienc déiïftés qu'avec peine du choix des nouveaux eonfeillers, s'attendoient qu'au moins on leur laiffèroit celui de leurs repréfentans : ils furent ttompés fur ces deux points. Le roi laiffa fubfifler fon confeil tel qu'il étoit, & manda, fans la participation des états , feize députés pour aflifter aux conférences qui fe tiendroient fur les principaux articles des cahiers. Ce procédé mortifia extrêmement les fix nations, On murmura fur Ie choix des feize. Quelques-uns étóienr

"* 1