Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

sous Charles IX. 233

fe concédoient en France que bien difficilement, & en financant par iceux aubains une certaine quote-part de leur fubftance, comme s'en trouve plufieurs mémoires en la chambre des comptes a Paris , & entr'autres y font enregiftrées deslettres de naturalité, par lefquelles fut concéuéö permiffion de tefter a deux Lombards, le 8 dé juilletmil quatre cent vingt-quatre, moyennant certaine fomme de denier, & au cas tant feule-. ment qu'ils viendroient mourir dans trois ans après , & non autrement. Chofe qui montrc bien que telles lettres ne fe concédoient pas a la volée; &c de fait le roi Louis XII voulant montrer que telles lettres ne doivent être facilement con* cédées, comme étant préjudiciables au public, -par fon ordonnance de l'an mil quatre cent quatre-vingt-neuf, révoqua toutes les lettres de naturalité qui avoient été auparavant concédées par lui ou fes prédéceifeurs , & qui n'avoient encore forti leur effet; vrai eft que quand les aubains ou étrangers fe contenteroient de vivra fous les loix de France, en négociant & trafiquant, fans entreprendre maniement d'affaires d'état, ni autres charges publiques , il n'y a nation au monde oü ils fuffent être mieux venus. Mais ilvy en a plufieurs ( mêmes ceux qui, en langue tk en mceurs, font du tout diffemblables a nous ) lefquels abufant du bon naturel des

Sluiten