is toegevoegd aan uw favorieten.

Des États Généraux, et autres assemblées nationales.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

SOUl H H N E. I III. 10 J

le premier, pour favoir li l'on envoyeroit «lire ouvertement au roi de Navarre, la réfolution du roi, d'une religion, & fut d'opinion que non; le roi, au contraire , & tous les. autres, Ia reine, les cardinaux de Bourbon .& de Guife, Chancelier, Biron Sc moi.

Le vingt-neuvieme décembrè, le roi a été faché du propos que M. de Bellievre tint hier k la reine-mere , difant qu'elle devoir bien avifer a une claufe, que le roi avoit fait mettre dans l'inftruétion de M. de Biron , pour le roi de Navarre , qui porte , qu'a caufe du ferment folemnel que fa majefté avoit au fait facre, d'óter 1'hércfie de fon royaume; qu'il ne pouvoit faire autre ferment au préjudice d'icelui', Sc tint plus, qu'il favoit être contre fa volonté, k 1'imitatian des rois fes prédécefTeurs; car par la fa majefté venoit a fermer la porte a toutes capitulations qu'il pourroit faire ci-après; même aux traités qu'il peut faire avec les princes étrangers; & pour ce avoit dit a MM. le Chancelier Sc Chiverny , qu'il vouloit faire une déclaration devant tout le confeil, comme il avoit fait cette réfolution , de ne permettre autre exercice que la religion catholique, felon qu'il l'avoit juré a fon facre, devant le corps de Jéfus-Chrift, qu'il prit fur 1'heure Sc devant

G 4