Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

S O V S 'H E K R I IIL »43

s'occupoit feulement a des difputes frivoles 8c inutiles , & qu'on -ne touchait point au principal , qui étoit de faire fonds audit'feigneur pour fubvenir a fes urgentes affaires, exhortant qu'on eüt k y pourvoir & donner ordre. Il déclara aufli qu'il avoit charge du roi de faire défenfe expreffè a tous les députés de .ne partir de Blois que leurs cahiers ne fuflent arrêtés, & qu'il n'y fut donné réfolution , linon que par le roi ils fuflent licenciés. ■ Ce même jour comparut 1'archevêque d'Embrun , envoyé par le clergé , avec quelques autres préiats qui récita ce que l'ordre eccléfiaftique , 8c de la noblefle avoient accordé, d'aflembleo les dépütés envoyés au fait des finances, en la maifon du doyen de faint Sauveur , & que le tiers-état y fir comparoir les douze qu'ils avoient députés, qu'a cet effet fe pourroit expofer le différend qui était entr'eux & la noblefle, pour le fait de la faifie & arrêt des deniers des tailles & du taillon qu'on vouloit faire, & qu'on aviferoit quel fond on pourroit faire au roi pour fubvenir aux affaires qui fe préfentoient. Surquoi fut arrêré que les députés aux finances s'y trouveroient & rapporteroient le tout a 1'aflemblée, fans réfoudre aucune chofe , jufques £ ce qu'ils eufient avis

Q *

Sluiten