is toegevoegd aan uw favorieten.

Des États Généraux, et autres assemblées nationales.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

4jl E T A T S

moyen , foit celui-ci ou quelqu'autre pour embarraffèr vos affaires , & pour renouveller fouvent les féditions & les guerres, par le moyen defquelles il fe fortifient d'autant plus que les peuples font déja fi aigris , & ont pris une telle licence, que pour peu qu'ils voyent leur prince affoibli, ils font prêts de ne lui pas obéir. De cela, Sire , il eft a craindre qu'il ne s'enenfuive bientót une fubvention entiere de votre état, Cet inconvenient, Sire , vous regarde, & d'autant plus que les affociations 'qui vous ferviront bien , fi vos affaires profperent , vous pourront nuir'e , fi on voit qu'elle viennent a empirer. Et davantage il n'y aura niAnglais, ni Allemand, ni aucune autre nation , qui en cette divifion &c en ces calamités ne courre au pillage de votre royaume, pour en prendre chacun une partie. Cela me contraint, Sire , de vous dire , que je tiens pour certain que vos affaires font incontijient au point de bien ou de mal aller, ni plus ni moins oue font les malades ou leurs crifes , de L'ilTue defquelles dépend leur guérifon en leur mort; de même , Sire, a ce coup votre, état fe doit remettre ou bien fe perdre. II faut donc , Sire, qu'il plaife a votre majefté d'y faire fon dernier effort, afin de ne fe pas laiffer fuccomber par de telle forte de gens, & qu'elle nat-