is toegevoegd aan uw favorieten.

Des États Généraux, et autres assemblées nationales.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

sous Hek e i III. 119

&' auftï-tot en ai-je entcndu la diiftpation que la levée. L'ange, la verge de Dieu leur a oté le moyen de me nuire. Ce n'eft pas a moi i qui Ia gloire de cela apartient, je n'y ai prefque rien apporté du mien.

Mais en eftet, quel eft leur eftet > Sachez-le de vos députés qui font des provinces ou ceux de la religion ont quelque lieu de retraite. Confiderez 1'état auquel ils étoient auparavant la guerre, & celui 011 ils font a cette heure. Et quant & quant vous jugerez de quoi a fervi depuis quatre ans la perte de la vie d'un million d'hcmmes, la dépenfe d'une miniere d'or, la ruine du peur ple de France , que l'on a confentle a meilleur marché & plus aifément que s'il eüt été queftion de la défaite des Ottomans, ou de joindre a notre couronne toutes celles de la chrétienté..

II eft impoflible que vous demeuriez immobiles après cela, & que vous ne remarquicz que c'eft un ouvrage & un eftet extraordinaire , &C d'une caufe extraordinaire. La-deflus je vous dirai que tout ainfi que cela doit arrêter vos yeux & vos mains, pour connoïtre que ft vous débattez contre Dieu, vous débattez en vain : de même je dois lever les mains au ciel, pour ms garder de m'enfler de ces profpé rités , & lui en attribuer la caufe, étant très-certain, que ft je faifois autrement, Dieu tourneroit fa vue

P 3