is toegevoegd aan uw favorieten.

Des États Généraux, et autres assemblées nationales.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

^ya Etats

paffe, ce femble, jufqu'a juger de leur vie* cela eft bien éloigné de notre thême, car tous ces exemples procèdent de la main toute-puiffante de Dieu, qui en conduifoit 1'ceuvre après les révélations fenfibles, apparentes & manifeftes des propbètes, qui parloient ordinairement a Dieu, qui y procédoit par une voie miraculeufe; chofe qui n'a point été promife en la loi évangélique, par voie ordinaire, attendu la miffion du Saint-Efpiit fur les apötres, qui leur a infpiré tout ce qui étoit néceffaire a 1'églife, pour le gouvernement des tidèles, qui ont feulement foumis a 1'églife leur ame, & non leur corps & leurs biens, finon la part qu'ils lui en ont voulu faire, dont vos bénéfices font remplis, avec de telles fanctions, que ce feroit crime, facrilége&anathême d'entreprendre d'y toucher.

Mais ce qui n'y a point été foumis, ni peutctre mis, ex poft fado, direétement ou indireótement, non pas par les rois mêmes. Tant s'en faut que 1'églife ni les eccléfiaftiques fe puiffent accorder, pour ce que 1'état ayant recu 1'églife, mais bien les perfonnes qui font en 1'état, c'eft-a-dire, leurs ames, comme nous tenons la perfonne de notre roi très-chrétien, fujette pour le fpirituel au faint-père, puifqu'il eft chrétien; & en vain lui donneroit-on le titre de fils ainé de leglife, s'il n'étoit obéiffant a ft