is toegevoegd aan uw favorieten.

Mêlanges de littérature orientale.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Litdtature Oriëntale. 6y fint toutes les tentes de 1'arme'e : après bien des pas, il rencontra enfin ce qu'il cherchoit dans Ia tente d\in Officier. „ Votre fortune eft faite , „ lui dit-il, fi vous voulez céder ce melon „ pour Ia bouche de 1'Empereur; c'eft une fans, taifie du Monarque dont vous pouvez tiret » un grand profit. "

L'Officier ravi de porter lui- mêmea fon Maïtre ce préfent intérefté. „ Voila ton Efclave, dic „ aufli-töt Ie Prince au payfan , difpofe de lui. " Et il ordonna que 1'on attachat une corde au col du maraudeur.

Le payfan rendit graces au Sultan, & fic marcher devant lui fon voleur, qui, forti de deflbus les yeux du Monarque , voulut compo. fer pour fa liberté: il offroit a fon nouveau maïtre cinq eens fequins. Le pauvre homme ébloui, recutfans balancer, un prix qu'itn'auroit jamais efpéré de fon melon , & courutpour témoigner fa reconnoiftance a 1'Empereur , en lui apprenant le marché qu'il venoit de conclure. „ Tu „ t'es contenté d'un trop bas prix , lui dit Ie „ Sultan, la juftice vouloit que tu priffes tout >, le bien de celui qui t'avoit enlevé tout le „ tien. "

E3