is toegevoegd aan uw favorieten.

La pratique des vertus chretiennes, ou Tous les devoirs de l'homme.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Chretiennes. Seil. XVI. 203

gés d'obéir a nos Parens, <que la chofe foit importante ou non, Qu'il en eft peu qui s'acquittent de ce devoir! la plupart des enfans s'en croient difpenfés , dès qu'ils ne font plus fous la verge; ou s'ils continuent a s'en ac quitter, ce n'eft que par pure politique intérelTée , parcequ'ils craignent que leurs Peres ne faffent pas pour eux tout ce qu'ils en attendent: le nombre de ceux qui obéiffent par principe de confeience eft très-petit. La Loi de Moyfe ftatuoit la peine de mort contre1 les enfans rebelles : mals que de Peres' & de Meres fe verroient privés d'enfans, s'ils fe prévaloient de ce droit rigoureux!

Mais de tous les aétes de défobéiffance un des plus criminels, c'eft de fe marier contre leur confentement. Sous la Loi une Fille qui avoit fait un vceu, n'étoit point obligée de 1'accomplir, fi fon Pere ne le ratifioit. Se marier fans le confentement ou contre les ordres de fes Parens, quand ils ont des raifons légitimes de s'y oppofer, c'eft certainement manquer au refpect qui leur eft dü. Si un Fils ou une Fille veut fe marier contre le confentement de fon Pere, ou qu'un Pere veuille contraindre un Fils ou une Fille a contracter un mariage, les droits font les mêmes; de part & d'autre ils peuveut prendre le parti de Ia négative.

Quel-

teut. XXfc

8-21.

Nornb. XX. 5.