is toegevoegd aan uw favorieten.

Remarques sur trois dissertations, publiees en l'an 1781. par la Societe des sciences etablie a Flissingue.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

REMARQUES. sük

„ Certainement il eft honteux de néglï„ ger, comme on Fait, 1'education d'un M f cxe, dont les lumieres & la vertu pour: „ roient avoir tant d'influence.fur les moeurs. „ des hommes ? Les filles, dont 1'educatiM on a été négligée, ou en de inauvaifes mains» font incapables, lorfqu'elles font „ devenues femmes, de eontribuer a don„ ner une bonne éducaüon a leurs enfans. „ Souvent même elles empèehent qu'on y ,2 réuffiffe'': par oü il paroit qu'il eft auiii important de veiller a 1'education des filles qu'a celle-des, garcons. ..-

„ Nous avons une raifon particuliere en „ Frnnce", dit fAbbé de Fleurf „ dcfou„ halter que les fermnes fpient éclairées & „ raifonnables, c'eft le crédit & la confi„ dération qu'elles ont dans le monde. „ Cette raifon eft d'autant plus fondée que „■ perfonne n'ignore la force de la coutume , „ ni combien les préjugez ontd'cmpire fur „ e;les, elles fe font outre cela une efpe„• ce de Iwntedes'écaiterd'unufiige établi, „ elles craignent la critique des autres fern-mes, & celle de la plupart des hommes'*.