Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

34-

MÉMOIRES

„ tomber dans toutes les tracafferies paflees, „ fur le defir ardent que j'ai de n'y être plus „ expofé; mais en même téms fur le courage ,, avec lequel je les foutiendrai. II m'en coü„ tera ma fortune; mais je fuis accoutumé aux „ facrifiees.

„ On a arrêté k Paris le débit des Numéros ',, L1X. & LX. des Annales: ils font publiés, „ diftribués en Angleterre, en Holland?, en AU „ lemagne, dans les Pays-Bas: ils le font en „ France même par les contrefatïeurs. Arrêtcr „ a Paris feulement 1'édition légitime, tandis j, qu'on tolère, qu'on favorife toutes les au5, tres, s'eft commettre une injuftice révoltan„ te, & encore plus inutile: on n'empêcbera 3, pas les Numéros prohibés d'entrer a Paris; 3, on les y ren dra feulement plus remarqués, „ pluscourus, plus précieux: la fenfation en „ fera plus vive, & plus prolongée. Je ne 3, vois pas ce qu'il y a a gagner pour les inté3> relfés.

„ Ces Numéros n'ont rien de répréhenfible „ a beaucoup prés. Le L1X. pouvoit être in„ finiment plus fort. Je ne fuppofe pas que „ les intéréts du trés-ridicule neveu de M. de „ Leyit^io) entrent pour rien dans cette fup3, preiïion. II ne s'agit donc que d'épargner „ k M. le Maréchal de Duras le défagrément „ d'une réflexion facheufe fur fon affaire : mais „ n'eft-elle que dans ce Numéro, ou plutöt n'y „ eft-elle pas adoucie, du moins a favantage 3, du Commandant?

33 Quand deux hommes faits par leur nom

„ &

Sluiten