Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

co

k la brune : on envoie a la Paroiffe un porteclef qui conduit au chateau le cortége; lorfqu'il eft arrivé a la grille ou a la porte de bois, on ccffe de Tonner; je dis la porte de bois, paree qu'il arrivé que le viatique vient quelquefois par la porte de Farfenal.

Alors on fait baifler le grand pont du gouverneur , la garde fe range des deux cötés cu pont en dedans en état de défenfe ; en pareille occafion le tambour ne bat point; les deux flambeaux qui accompagnent le cortége, reftent au corps-de-garde du chateau & le dais refte au bas de Fefcalier de la tour avec les deux** perfonnes qui le portent; il ne monte dans la chambre du malade que le porte-dieu & fon répondant; on leur donne ordinairement fix livers. La cérémonie faite , le cortége s'en retourne comme il eft entré; le tout fe paffe fans bruit, & le porte-clef le reconduit a 1'églife.

Si le malade vient a mourir, M. le gouverneur en donne auffi-tot avis au miniftre & au lieutenant-général de police, qui ordonnc la procédure qui convient en pareille occafion.

A 1'égard dè 1'enterrement, il fe fait la nuit a la paroiffe de faint Paul: deux porte-clefs y affiftent, y fervent de témoins & fignent les regiftresy L'on fait enterrer cette perfonne fans le nom de familie, a moins qu'il n'y ait des

Sluiten