is toegevoegd aan uw favorieten.

Lettres écrites de Hollande, d'Angleterre et de Spa.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

*2&-6 t e t t r Ê V<.

ce moment du flegme national, & ftf le point d'entrer dans la plus grande ville de 1'Europe, je fentis fortement le cceur mé battre.

Les maifons qui bordent les deux cótés du chemin, m'ont paru resfembler un peu a celles de la Hollande; Elles font en briques pures fans platre, d'un entretien asfez foigné quant è la peinture, & pour la plupart entourées, comme chez nous, d'un treillage de lattes peintes en blanc.

Apres avoir ainfi couru longtems entre les maifons, nous arrivames enfin fur un pavé. Now, Sï'r, you are in London, (a préfent, Monfieur, vous étes a Londres,) me dit 1'homme a la perruque rousfe. Ce ^ füt la première parole qu'il me dit, & la der» nière fans doute, & le Ciel le veuiile! qu'il me dira.

Londres, ainfi que Paris, est une ville fans murailles. Quoique, du cóté de White Chapel oü j'y arnvai, 1'entrée & la première vue n'en foient pas fort impofantes, elle prévient cependant plus en fa faveur que Paris lorsqu'on y entre par le fauxbourg St. Martin. Ses mes me parürent plus larges,. fes maifons moins hautes &

plus