is toegevoegd aan uw favorieten.

Lettres écrites de Hollande, d'Angleterre et de Spa.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

D- É' N Ë' W H A L L. 22?

autïés fraix, ne nous coftta, fous la fage administration de Mr. Atkinfon, ique quatorze fhellings & neuf pence, (un peu plus de huit florins,) a chacun. De notre logement a Londres jusqu'a la porte de Newhall il nous fallüt paver a raifon de trente cinq miles. jïous fïmes la route rapide'ment, mais nous nous arrêtame.s asfez longtems au diné. Les domestiques nous füivirent par le pnstcoach.

Après nous être repofes quelques momens & pris du thé, nous fortimes tous pour la promenade. La foirée étoit délicieufe. < Une petite pluie avoit un peu rafrakhi 1'air & réveillé la nature. Tout étoit frais & animé; les oifeaux, les fleurs, le gazon, toute la verdure. De la porte du chatcau un fentier, traveriant le plus beau gazon qu'il foit

Ï>osfible de voir, nous conduifit vers es bosquets qui ravoifinent. Ces bosquets font exaétement dans ce qn"on appelle chez nous le goüt anglois, mais en grand. C'est une réunion & un mélange d'arbres forestiers, d'arbrisfeaux & d'arbustes en fleurs de toute espèce, de toute forrne,- dc tout age & de toute hauP 2 teur.