Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DANGEREUSES. II

paife, ik: 1'efpoir de me venger raflerene mon ame.

Vous avez été ennuyé cent fois, ainfi que moi, de rimportance que met Gercourt a Ia femme qu'il aura, 8c de la fotte préfomption qu'il lui fait croire qu'il évitera le fort inévitable. Vous connoiflezfes ridicules préventions pour les éducations cloïtrées, & fon préjugé , plus ridicule encore , en faveur de la retenue des blonde*. En efret, je gagerois que, malgré les foixantes mille livres de rente de la petite Volarges, il n'auroit jamais fattcemaria* ge , fi elle eüt été brune, ou fi elle n'eüt pas été au Couvent. Prouvons-lui donc ^u'Ü n'eft qu'un fot : il le fera fans doute un jour-, ce n'eft pas-la ce qui m'embarrafle : mais le plaifant feroit qu'il débutat pat-la. Comme nous nous amuferions le lendemain en 1'entendant fe vanter ! car il fe vantera ; & puis, fi une fois vous formez cette petite fille , il y aura bien da malheur, fi le Gercourt ne devient pas comme un autre, la fable de Paris. Au refte, 1'héroïne de ce nouveau Ro-

ibrtantérieureauxévénèmensdont il eft qneftïoti «lans ces Lettres, on a cru devoir en fupprïmei toute la correrpundar.ee,

Sluiten