is toegevoegd aan uw favorieten.

Les liaisons dangereuses ou Lettres recueillies dans une sociéte, & publiées pour l'instruction de quelques autres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

nANGEREUSES. 77

Adieu donc, ma chere Belie ; adieu, mon aimable enfant: oui, je vous adopte volontiers pour ma fille, vous avez bien tout ce qu'il faut pour faire 1'orgueil <5c le plaifir d'une mere.

Du Chateau dë>.. . ce 3 Ociobre 17...

u ~3£ite

LETTRE C IV.

Ia Marquife DE MERTEUIL d Madame DE'Vo LANGE S.

E* n vérité, ma chere & boring amie, j'ai eu peine a me défendre d'un mouvemtnt d'orgueil, en lifant votre Lettre. Quoi! vous m'honorez de votre enriere confiance .' vous allez même jufqu'a me demander des confeils ! Ah ! je fuis bien heureufe, fi je mérite cette opinion favorable de votre part; fi je ne la dois pas ieulement a la prévention de 1'amitié. Au refte, quel quen foit le motif, elle n'en eft pas moins précieufe a mon cceur; & 1'avoir obtenue, n'eft a mes yeux qu'une raifon de plus, pour travailler davantage a Ia mérirer. Je vals donc (mais fans prétendre vous donner un avis) vous dire li—

E 1