is toegevoegd aan uw favorieten.

Les liaisons dangereuses ou Lettres recueillies dans une sociéte, & publiées pour l'instruction de quelques autres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

J> A TJ G E R E U S E S. 43

Maïs puis-je mériter encore une amitié «lm ne fu£§t plus a mon bonheur? Je dis de même de vos confeils; j'en fens le prix & ne puis les fuivre. Et comment ne croirois-je pas a un bonheur parfait, quand je leprouve en ce moment? Oui fi les hommes font tels que vous le elites, il faut les fuir, ils font haiftables; mais qu'aIor$ Valmont eft loin de leur reftembler! S'il a comme eux cette violence de paffion, que vous nommez emportement combien n'eft-elle pas furpalfée en lui par 1 exces de fa délicatefte! O mon amie! vous me parlez de partager mes peines > jouifiez donc de mon bonheur; je le dois a l'amour, «Se de combien encore 1'objet *n augmente le prix» Vous aimez votre neveu, dites-vous, peut-être avec foibleffé .^ah! fi vous le connoiftiez comme moi» je 1'aime avec idolatrie , «Se bien moins encore qu'il ne le mérite. ïl apu fans doute etre entrainé dans quelques erreurs, il en convient lui-méme; mais qui jamais conput comme lui le véritable amour? Que pms-je vous dire de plus; il le reffenc tel qu'tl 1'infpire.

Vous allez croire que c'eft la une de ce, t*ceS chimériques, dont l'amour m éwjuefc