Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S. 239

de fa poche des papiers qui renfermoient une juftification complete de Léonore. A ce trait inattendu ( car. Maurice, lui-même n'étoit pas dans la confidence de ces papiers que d'Eperny s'étoit procurés en fecret,) Blimont fe tait, 8c jette les yeux fur les .écrits qu'on lui préfente. II ne peut fe refufer a 1'évidence ; il reconnoit fon erreur j fon injuftice ; il tombe dans les bras de fes deux fils, en fondant en larmes. O mes enfans , leur ditil ! qu'elle vienne cette mere, cette victime je fuis pret a réparer tout, fi elle content a tout pardonner. Mais, que dis - je ? réparer ! le puis - je ? Oui, vous le pouvez, s'écrient les deux freres avec tranfport. Alors ils te jettent tous deux a fon cou , 8c le couvrent de baifers 8c de larmes de joie. Enfin il content a époufer Léonore.

C'eft ainfi que le tendre d'Eperny, par fon intérefiante tenfibilité , ;redevint le frere de Maurice, lui rendit un

Sluiten