Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Belle-Etoile. 135 pomme qui chante. C'eft tout autre chofe encore; car elle embellit 1'efprit a tel point, qu'il n'y a rien dont on ne foit capable : veut-on perfuader quelque chofe ? il n'y a qu'a fentir la pomme qui chante : veut-on parler en public, faire des vers, écrire en profe , divertir, faire rire ou faire pleurer ? la pomme a toutes ces vertus; & elle chante fi bien & fi haut, qu'on J'entend de huit lieues fans en être étourdi.

Je n'en veux point, s'écria la princeffe , vous avez penfé faire périr mon frère avec votre eau qui danfe, vos confeils font trop dangeteux. Quoi! Madame, répliqua Feintife, vous feriez fachée d'être la plus favante & la plus fpirituelle perfonne du monde ? en vérité vous n'y penfez pas. Ah! qüaurois-je fait, continua Belle-Etoile, fi l'on m'avoit rapporté le corps de mon chec frère mort ou mourant ? Celui-la, dit la vieille , n'ira plus, les aurres fonrobligés de vous fervir a leur tour, & 1'entreprife eft moins périlleufe. N'importe , ajouta la princeffe, je ne fuis pas d'humeur a les expofer. En vérité, je vous plains, dit Feintife, de perdre une occafion fi avantageufe , mais vous y ferez réflexion; adieu , madame. Elle fe retira auffi-tot très-inquiète du fuccès de fa harangue, & Belle-Etoile demeura aux pieds de la ftatue deDiane, irréfoluefurce qu'elle devoit faire; elle aimoit fes frères, elle s'aimoij

Sluiten