is toegevoegd aan je favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DÉTRUITE. 2>5

qUJ toulqsnt de fes yeux en abondance, parut a Elize une des plus accomplies de la terre.

La furprife qu'elle eut d'un fpedacle fi nouveau lui fit poufler un cri fi haut , que la .princefle & Anaxandre , qui la fuivoienr , 1'entendirent, & précipitant leurs pas,ils entièrent dans ce tombeau.

La préfence de tant de gens retira la belle affligée de fon occupation ordinaire, & faifant effort pour arrêter les fanglots qui lui étoient 1'ufage de la parole : Quel malheureux deftin vous ronduit ici , dit-elle, en s'adreffant i Philonice? eft-ce le hafard , ou les barbares qui pofsèdent ces lieux, qui vous contraignent de venir mêler vos larmes avec les miennes ? Une même deftinée nous contrahit aufli-bien que vous , reprit la princefTe , d'habiter ces lieux infernaux : ainfi, madame , ii votte douleut peut-être foulagée par la compagnie de perfonnes aufli malheureufes que vous, nous vous offrons cette trifte confolation. Ma douleur eft d'une nature, reprit 1'inconnue, a ne pouvoir jamais finir. Tout ce que les dieux avoient fait de parfait fur la terre , &z tout ce qui pouvoit me plaire, eft enfermé dans ce tombeau : je paffe mes jours inforrunés a vouloir lui donner un fecours inutile. Je vois, lui dit-elle, voyant que Philonice étoit étonnée de ces dernières paroles , que vous ne comprenez pas que la perfonne que je regrette puifle être en état d'avoir befoin de fe-