is toegevoegd aan uw favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Vert et Bleu. 115 toujours sür , ne douta pas qu'il ne fut celui que le ciel avoit fait naitre pour fon bonheur. Elle voulut lui répondre avec fierté , mais elle n'eut que de la modeftie. En le priant de la laifler , elle le retenoit par une acHon paflionnée; elle vouloit qu'il ne lui parlat plus d'amour , & fes regards lui faifbient voir que fon cceur en étoit tout rempli. Enfin il lui obéit; mais il obtint pour prix de fa foumiffion, qu'elle lui permït de fe trouver le lendemain au même endroir.

Quand il fut parti, 1'aimable Bleu prenant fes habits a la hate , fe coucha au bord de cette föntaine , en attendant que fes princelfes fufleut habillées ; mais elle n'eut pas le tems de rêver -y Zélindor 1'aborda , & lui fit connoitre qu'il avoit été témoin de ce qui venoir de fe paffer. Elle trouva fon indifcrétion grande, & elle la blama. Ah! lui dit-il, je vous perds : & comme la pénétration d'un amant eft extréme, il devina qui étoit fon rival: c'eft le prince Vert, lui dit-il , & je n'en doute point. Je m'en étois prefque doutée, dit la princefle en elle-même. Vous 1'aimez, reprit-il, je 1'ai vu ; mais tout le pouvoir de mon père me manquera, ou je faurai bien empêcher qu'un autre ne jouifTe d'un bien que les foins de Thiphis ne m'ont que trop acquis.

II la laifta avec ces paroles menacantes. La princeffe fe retira , bien réfolue de fe confiet

H i