is toegevoegd aan uw favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

238 Les mille et üne Nuits, que perfonne fut témoin d'une fi méchante'adtiorï, Cela étant fait, il s'éloigna promptement, gagna la porte du couvent, d'oü il fortit fans être vu & retourna chez lui, fort content de fon voyage' &perfuadéque 1'objet de fon envie n'étoit plus au monde; mais il fe trompoit fort. ^ Scheherazade n'en put dire davantage, car le jour paroiflbit. Le fultan fut indigné de la malice de 1 envieux. Je fouhaite fort, dit-il en lui-même qu'il n'en arnve point de mal au bon derviche' j efpère que j'apprendrai demain que le ciel ne 1 abandonna point dans cette occafion.

XLVHe NUIT.

piNAKZADL, è fon réveil, conjurafa lceurde lm apprendre fi le bon derviche fortit fain & fauf de la cïterne.

Oui, répondit Scheherazade ; & le fecönd calender pourfuivant fon hiftoire : La vieille cilerne, dit-il, étoit habitée par des fées & par des génies, qui fe trouvèrent fi apropos pour fecourir le chef des derviches , qu'ils le regurent & Je foutinrent jufqu'au bas, de manière qu'il ne fe fit aucun mal. II s'appercut bien qu'il y avoit quelque chofe d'extraordinaire dans une chüte dont il devok perdre la vie; mais il ne voyoit, ni ne